21ème Journée Mondiale du travail invisible ce 6 mars 2021. Journée créée par les québéquois, nous avons tellement de retard en France sur ces sujets …

La définition du travail invisible

Le travail invisible désigne le travail qui n’est pas officiellement reconnu et non rémunéré, il est majoritairement supporté par les femmes .

Le terme « travail invisible »  (notion de Afeas) désigne le travail qui n’est pas reconnu comme tel car non rémunéré, et non compté dans la création de richesse d’un pays.

Les tâches ménagères, le soin et l’éducation des enfants, l’aide aux proches dépendants, très largement supportées par les femmes (plus des 2/3, source Insee Enquête Emploi du temps 2010), et génératrices de nombreuses inégalités (économiques, professionnelles), sont toutes considérées comme du travail invisible alors qu’elles sont d’une grande utilité sociale.

Pourquoi s’intéresser à cette question ?

  • le travail invisible représente d’abord un ciment indispensable à notre cohésion sociale : que se passe-t-il si les tâches domestiques ne sont plus faites? si les grands-parents ne gardent plus leurs petits-enfnats? si nous n’aidons plus nos anciens dans leur fin de vie?
  • sans parler de certains secteurs d’activité qui ont tendance à recourrir de façon trop importante au travail gratuit (abus de stagiaires) ou à sous-payer certains emplois
  • ce travail est certes essentiel. Mais il génère aussi beaucoup d’inégalités et de précarité sociales.

Un site de référence pour aller plus loin : l‘AFAES

Une vidéo éclairante : à regarder d’urgence !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.