Mon expérience en accompagnement de jeunes pour l’orientation scolaire et professionnelle m’amène à écrire cet article pour partager quelques réflexions sur le rôle des parents.
Le bilan d’orientation est très souvent déclenché à la demande de parents qui s’inquiétent pour l’avenir de leur jeune. Phrases souvent entendues au premier contact: « il n’a aucune idée pour son futur », « il ne s’intéresse à rien », « il souhaite arrêter après le bac »…
Dans ce cas, je constate souvent que le dialogue est difficile, voire interrompu, entre les parents et le jeune sur la question de l’orientation. Et alors on pense au psy ou au conseiller d’orientation pour faire le job.

Demander l’aide d’un professionnel pour permettre au jeune de réfléchir à son avenir est une bonne démarche. Qui donne un espace bien à lui pour s’exprimer, plus librement et sans jugement de la famille.
Néanmoins, une des conditions de réussite du bilan sur laquelle je souhaite insister aujourd’hui est le rôle des parents pendant le bilan. Je reprends une phrase d’une maman qui me sollicite et avec laquelle je partage mon point de vue sur le fait qu’un bilan d’orientation n’est pas une baguette magique. Et elle me répond : « au moins on aura essayé ! ».

Accompagner un jeune en orientation est difficile et les choix qu’on leur demande souvent trop tôts pour eux par rapport à leur maturité. C’est pourquoi, il est indispensable que les parents sont co-acteurs pendant le bilan. J’ai vraiment pu observer la différence de résultats entre un bilan où le jeune se débrouille seul pendant l’accompagnement. Et un bilan où les parents travaillent avec lui.

Chacun son rôle pendant un bilan d’orientation scolaire

En précisant ce qu’on attend de chaque partie du trio de collaboration en orientation scolaire, le bilan sera forcément réussi. Car chacun connait ses engagements et en quoi ils sont complémentaires pour la réussite commune.

  • le conseiller en orientation

    • proposer des outils de réflexion au jeune et aux parents pour mieux cerner les motivations et les intérêts de l’adolescent ou du jeune adulte (qui est financé par ses parents)
    • amener le jeune dans un questionnement sur ce qui compte pour lui
    • lui proposer un plan d’actions entre les rendez-vous pour rechercher de l’information sur les métiers, pour élargir sa compréhension des activités et des univers professionnels, affiner la connaissance de soi
    • lui fournir des renseignements sur les cursus de formation
    • donner son avis sur les options retenues.
  • le jeune

    • s’engager à travailler pendant le bilan sur ses recherches. On ne vient pas simplement en rendez-vous de bilan et c’est le conseiller qui dit !
    • dialoguer avec ses parents à l’issue du 1er rendez-vous sur les résultats des tests
    • partager sur ses travaux à réaliser entre les rendez-vous
    • solliciter de l’aide auprès du conseiller et/ou de ses parents si ça coince dans ses recherches entre les rendez-vous
  • les parents

    • participer au début et à la fin du bilan à un échange à trois, pour exprimer ses attentes et ses éventuelles craintes
    • solliciter le jeune sur le partage de ses résultats aux tests utilisés
    • accueillir sans prononcer de jugement les idées du jeune
    • proposer son aide sur les travaux à réaliser entre les rendez-vous. Je vise ici particulièrement l’aide que l’adulte peut proposer à son enfant. En fonction de l’âge, pour les recherches internet, mais surtout la réalisation des enquêtes auprès des professionnels des métiers envisagés. Un bilan, ce n’est pas simplement passer des tests. Voir un conseiller. Et attendre la fin. C’est confronter ses idées, ses représentations à la réalité du travail et des métiers envisagés. Et là le jeune ne peut pas faire seul.

Que retenir ?

Un bilan d’orientation, c’est aussi (voire surtout) une occasion formidable de renouer le dialogue avec son enfant sur ce qui compte pour lui. C’est là la plus grande valeur ajoutée que puisse apporter un conseiller et un bilan d’orientation, quand à l’origine de la demande, il y a une difficulté de communication ou des incompréhensions dans la famille sur la question de l’orientation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.