L’alliance de travail entre le conseiller et la personne accompagnée est une base essentielle pour réussir un bilan d’orientation.

Caractéristiques de l’alliance de travail

  • Le conseiller et le consultant doivent s’accorder sur les buts à atteindre
  • Ils doivent aussi se mettre d’accord sur les moyens les plus pertinents pour atteindre ces buts
  • Ils doivent montrer l’un et l’autre qu’ils accordent de l’importance à ces buts. C’est ici qu’intervient la mise en place d’un lien basé sur la qualité affective et émotionnelle de la relation. Pour l’accompagné, il s’agit de ressentir un sentiment d’être compris, valorisé et soutenu dans ses efforts. Pour cela, le conseiller doit s’évertuer à développer de la fiabilité, une posture d’acceptation et de confiance.

L’alliance de travail doit s’établir au début de la relation. Mais se construit (et se reconstruit si besoin) également tout au long du bilan.

Cas du bilan d’orientation pour jeunes mineurs

Dans ce type de bilan, nous sommes trois : le jeune, le parent et le conseiller. L’importance de l’alliance reste fondamentale. Mais elle se décline un peu différemment que dans un accompagnement d’adulte.

Les trois parties doivent se mettre d’accord sur les buts à atteindre, ce qui ne va pas forcément de soi. Je valide toujours en début de premier rendez-vous que le jeune et le parent présent connaissent leurs objectifs respectifs attendus dans le bilan. Et qu’ils possèdent aussi un objectif commun. En tant que conseiller, il m’arrive de faciliter l’expression de ces besoins et de mettre en oeuvre des questions pour qu’un objectif partagé par nous trois soit formulé.

Bien sûr, les moyens d’accompagnement (choix du test, entretiens…) sont d’abord présentés au parent qui est à l’origine de la demande de bilan. Je formalise toujours par écrit pour que le parent puisse s’assurer auprès de son jeune qu’il comprenne la démarche. En début d’entretien avec le jeune, les moyens lui sont à nouveau présentés pour m’assurer directement que le jeune comprend et adhère, sans la présence du parent.

Comment développer une alliance avec un jeune en orientation ?

L’alliance de travail se développe au cours du bilan gràce à plusieurs facteurs :

  • si des tests sont utilisés : ils sont toujours le prétexte, un point de départ de la discussion. Et non une volonté de catégoriser et de plaquer des réponses toutes faites sur l’orientation et les métiers possibles.
  • en dernière partie d’entretien, après la discussion, élaborer avec le jeune un plan d’actions pour utiliser les résultats du bilan. Et susciter l’envie d’agir après le bilan. C’est chercher à déclencher la motivation intrinsèque du jeune : « qu’est-ce qui pourrait maintenant t’aider à avancer dans tes réflexions? »
  • demander toujours au jeune, en fin d’accompagnement, de donner son niveau de satisfaction par rapport à la démarche.

En tout cas, une allaince de qualité peut permettre si besoin au jeune d’exprimer au conseiller des éléments qu’il n’a pas pu ou voulu partager avec ses parents sur la question de son avenir professionnel. Cette alliance permettra aussi d’encourager le jeune à entamer, développer un dialogue avec ses parents sur les questions essentielles pour lui.

Envie de faire bénéficier votre jeune d’un accompagnement. Consultez mes différentes formules.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.