Je vous propose une initiation et un espace de pratique individuelle à la méditation de pleine conscience.

méditation de pleine conscienceMindfulness

Définition de la méditation de pleine conscience

Ou appelée aussi mindfulness : une technique qui permet d’être pleinement conscient de l’instant présent, de ses sensations, de ses émotions et de ses pensées.

Cette méthode se pratique les yeux fermés, en s’arrêtant et en observant ce qui se passe soi (respiration, sensations, pensées), sans juger , sans attendre quoi que ce soit, sans rien empêcher d’arriver à son esprit, mais aussi sans s’accrocher à ce qui se passe.

Trois attitudes fondamentales sous-tendent la pleine conscience :

  • d’abord, une ouverture maximale à l’expérience de l’instant présent, minute après minute
  • ensuite, un désengagement des tendances à juger, à contrôler ou à orienter son expérience
  • on ne cherche pas à analyser ou à mettre en mots, mais on cherche à éprouver et à observer.

A quoi sert la méditation de pleine conscience ?

La méditation de pleine conscience favorise un état mental qui prémunit contre le stress et la dépression, notamment. De plus en plus d’études scientifiques démontrent l’efficacité de cette approche sur l’état de santé à deux niveaux :

  • une meilleure régulation cognitive : les sujets entraînés identifient mieux le début des pensées négatives et évitent ainsi de les laisser dégénérer en cycles prolongés de rumination
  • une meilleure régulation émotionnelle aussi, par un développement des capacités d’acceptation, de recul et de relativité par rapport aux émotions douloureuses.

Ces observations vont en effet dans le sens d’une modification de l’anatomie cérébrale par la méditation, en favorisant une plus grande plasticité neuronale. Elle peut donc être très utile en appui d’un traitement médicamenteux ou psychothérapeutique.

Au delà des séances de méditation, c’est aussi un état d’être que l’on peut cultiver n’importe quand en prêtant attention régulièrement aux gestes du quotidien : manger, marcher, faire la vaisselle en pleine conscience et non en pensant à autre chose ! A pratiquer aussi lors des moments d’attente dans les transports en commun ou autre…

Différences avec la relaxation et autres pratiques

Dans cette pratique, le but n’est pas de rechercher un état de détente ou de calme particulier. On ne cherche à pas non plus éviter de ressentir des émotions douleureuses ou à les masquer, mais au contraire à les accepter sans les amplifier. Il s’agit avant tout d’une attitude écologique envers soi, postulant que beaucoup de nos difficultés psychiques proviennent de stratégies inadaptées et fondées sur le désir d’éradiquer la douleur. Paradoxalement, renoncer à ces stratégies permet souvent d’atténuer la souffrance plus vite et plus durablement.

Une pratique régulière de 8 semaines permet déjà de mesurer des effets. On pense généralement aussi que la méditation vise à « faire le vide dans sa tête ». En fait, l’essentiel du travail ne consiste pas à faire taire le bavardage de l’esprit, mais à ne pas se laisser entraîner par lui, en l’observant au lieu de s’identifier à lui. C’est-à-dire rester en position d’observateur : ce n’est donc pas une absence de pensées, mais une absence d’engagement dans les pensées.

La méditation de pleine conscience n’est pas non plus une pratique liée à la religion ou une croyance, mais vise à utiliser au quotidien un outil de régulation attentionnelle et émotionnelle.

La méditation de pleine conscience correspond certainement à un besoin croissant dans notre société de retrouver des états de calme, de lenteur, de continuité et d’introspection.

Prendre rendez-vous pour essayer la méditation de pleine conscience ?

Echelle d’évaluation de la pleine conscience (MAAS : Mindful Attention Awereness Scale)

Echelle d'évaluation de pleine conscience